Gaétan Weissbeck (Sochaux)
Actualité

Sochaux : Gaétan Weissbeck, itinéraire d’un bosseur

Publié le 16/10/2020 à 14:30 - NM

Partager

Révélation du début de saison de Ligue 2 BKT sous les couleurs du FC Sochaux-Montbéliard, Gaétan Weissbeck ne cesse de surprendre. Passé par Strasbourg puis reparti à Haguenau en National 3 avant d’arriver au FCSM, le milieu a connu un parcours sinueux. Portrait du capitaine de Sochaux par ceux qui l’ont côtoyé.

22 août 2020, 19h00. La nouvelle tombe à une heure du coup d’envoi de la saison, sur la pelouse de l’AJ Auxerre. Inconnu du monde professionnel il y a encore un an, Gaétan Weissbeck est promu capitaine du FC Sochaux-Montbéliard. Pourtant, avant de signer au FCSM, le natif de Wissembourg a failli rejoindre le contingent des joueurs prometteurs qui ne deviennent pas professionnels. D’abord passé par l’AS Seebach pendant cinq ans, où il est coaché par son père et son oncle, il rejoint ensuite le FCSR Haguenau en 2006. Cinq saisons passent à nouveau. L’Alsacien, performant et prometteur, éveille l’intérêt de plusieurs clubs professionnels dont le RC Strasbourg Alsace. Habitué des travées de la Meinau durant son enfance, il n’hésite guère et rejoint le centre de formation du Racing en 2011.

« C’était un joueur que je trouvais plus talentueux que les autres », se remémore Anthony Caci, l’actuel joueur du RC Strasbourg Alsace. En concurrence au poste de milieu de terrain lors des détections qui regroupaient les meilleurs espoirs du Grand-Est, les deux joueurs n’étaient au départ « pas forcément amis ». A l’époque, le RCSA enrôle d’abord Caci puis Weissbeck, une saison plus tard. De la génération 1997, ils se retrouvent dans la même équipe et effectuent toutes leurs classes ensemble, passant de « concurrents » à confidents. Au sein du centre de formation, le joueur de Sochaux se voit rapidement attribuer un surnom. « Tout le monde l’appelait la "pépite", confie le numéro 19 de Strasbourg. C’était un leader technique, un vrai numéro 10 avec beaucoup de qualités et, surtout, qui perdait très peu de ballons par match. Il était aussi bien capable de conserver la balle que de faire jouer ses partenairesOn savait qu’il pouvait faire la différence à tout moment et nous faire gagner des matchs. » Apprécié pour sa technique au sein du club, il se voit régulièrement surclassé et ne quitte pas son poste de numéro 10 jusqu’à la porte du monde professionnel.

📷⚽️

Une publication partagée par Gaétan Weissbeck (@gw__28) le

Une dernière marche trop haute

L’arrivée de Thierry Laurey, à la tête de l’équipe première du RCSA, change la donne. L’entraîneur décide de repositionner le milieu offensif comme arrière droit. Un poste qui ne plaisait pas vraiment à celui qui était souvent le capitaine des équipes de jeunes du Racing. Le conte de fées strasbourgeois ne se termine donc pas comme escompté. A l’été 2017, après six ans au club, le président du RC Strasbourg Alsace, Marc Keller, lui signifie qu’il n’aura pas de proposition de contrat professionnel. Une grosse déception pour le milieu offensif. « Toute l’attente autour de Gaétan n’a pas contribué à son éclosion, regrette son ex-partenaire, qui ne comprend pas qu’il n’ait pas eu sa chance en numéro 10. C’était tellement la pépite avec les jeunes, qu’à son arrivée dans l’équipe pro, le club en attendait énormément. Mais le niveau change, tout va plus vite. Il ne parvenait pas à se mettre autant en valeur qu’avec les jeunes. »

Après une fin de saison avec l’équipe B de Strasbourg, il se retrouve sans club et tombe aux oubliettes. Si son rêve semble s’éloigner, sa détermination reste sans faille. L’ancien petit numéro 10 de l’AS Seebach multiplie les essais. Sans succès. Toujours en quête d’un rebond au milieu du mois d’août, il effectue la reprise avec son ancien club le FCSR Haguenau puis enchaîne la saison sous le maillot haguenovien en National 3. « Quand son histoire s’est terminée au Racing, j’étais toujours en contact avec Gaétan. Je l’ai incité à revenir », confie Cédric Deubel, ancien joueur de l’équipe une d’Haguenau qui avait suivi les débuts du créateur lors de son premier passage au club. Durant la saison 2017/18, Gaétan Weissbeck s’entraîne deux fois par semaine avec l’équipe coachée par Claude Spreng et deux fois avec Cédric Deubel, titulaire d’un diplôme de préparateur physique, qui lui a proposé de l’accompagner individuellement sur l’aspect athlétique.

L’explosion à Haguenau en amateur

« Il lui manquait vraiment le petit coup de rein, le démarrage sur les premiers mètres. Pendant un an, on a travaillé, insisté, sur ce point en termes de musculation », relate Cédric Deubel, avant d’ajouter : « Il était très très travailleur, à l’écoute, et ne disait à personne qu’on faisait des séances supplémentaires. » Cela porte ses fruits. Au sein du championnat de National 3, Gaétan Weissbeck se régale et brille de mille feux. Auteur de 17 buts et 10 passes décisives, il contribue grandement à la montée du club en National 2. De quoi reprendre le fil de son rêve. Mais nouvelle désillusion, malgré des performances qui ne passent pas inaperçues, aucun club pro ne frappe à sa porte. Courageux, il rechausse les crampons et repart au combat pour une saison supplémentaire avec le FRH en N2.

Avec la promotion de Cédric Deubel au poste d’entraîneur de l’équipe, l’ancien numéro 17 du RCSA va pouvoir compter sur un coach qui lui fait confiance et qui le connaît très bien. « Je savais qu’il préférait jouer numéro 10, raconte l’entraîneur toujours en poste au club. Mais comme on jouait le maintien avec un bloc bas, je l’ai replacé en relayeur, dans un milieu à deux, pour qu’il nous apporte de la percussion en partant de derrière. Comme athlétiquement il était costaud, il pouvait aussi terminer les actions. C’était un véritable box-to-box. » Sur la lancée de sa saison en N3, l’actuel meilleur buteur et passeur de Sochaux continue de briller.

Un 7e tour de Coupe de France comme tournant

Seulement, le temps passe, il commence à perdre espoir de devenir, un jour, professionnel, comme le confie Anthony Caci : « Il m’appelait et me disait : "L’année prochaine, je vais commencer à travailler. Je vais aller sur mes 22 ans, je pense que le foot, c’est presque terminé." Je lui répétais toujours de ne jamais rien lâcher et qu’il finirait par réussir ». Et son ami avait vu juste. Un 7e tour de Coupe de France va balayer tous les nuages au-dessus de la tête de Gaétan Weissbeck et lui permettre d’entrevoir la lumière. Opposé au FC Sochaux-Montbéliard, le 17 novembre 2018, il est titularisé dans l’entrejeu et trouve le chemin des filets malgré la défaite de son équipe (3-4). « Il a fait le gros match au bon moment », avoue Cédric Deubel. Sous le charme du joueur, le FCSM s’intéresse de plus près à ses performances et entre en contact avec ce dernier. Il signe finalement son premier contrat professionnel, pour trois saisons et demie, à la fin du mercato d’hiver, le 31 janvier 2019, et repart dans la foulée en prêt à Haguenau pour terminer la saison.

Malgré les difficultés de son équipe qui occupe les bas-fonds de la N2, il est l’un des seuls à surnager. Libéré par sa signature pro et assuré de revêtir le maillot sochalien dans le futur, le meneur de jeu termine la saison avec 11 buts en 28 matchs, sans pour autant éviter la relégation du club qui l’a relancé. Le 19 juin, le joueur « au mental d’acier » effectue la reprise avec Sochaux. Sa signature six mois plus tôt n’avait pas fait grand bruit au milieu des Mollo, Sissoko, Etoundi et autres pour sauver le club qui luttait pour le maintien. Pourtant, c’est bien son nom qui fera la « une » dans le futur. L’entraîneur du FCSM, Omar Daf, accorde toute sa confiance au numéro 28 et le titularise dès la première journée de Ligue 2 BKT, la saison passée. L’ancien pensionnaire du centre de formation du Racing, un brin revanchard, saisit directement sa chance. Résultat, il dispute 24 matchs de championnat avec les Lionceaux, pour deux buts marqués et une passe décisive. Pas spectaculaire certes, mais prometteur...

Clé de voûte de l'équipe d’Omar Daf

A l’aube de la reprise, il sait donc qu’il sera attendu par les observateurs. Après six journées, Gaétan Weissbeck ne répond pas seulement aux attentes, il marche sur l’eau. Honoré et porté par son nouveau statut de capitaine, il compte déjà quatre buts et deux passes décisives. « Lui donner le brassard, c’était vraiment la bonne chose à faire. Il voit que le coach lui fait énormément confiance, ça lui donne une force en plus. Gaétan a besoin de responsabilités », affirme Caci. Actuellement meilleur buteur de Ligue 2 BKT, la clé de voûte de la forteresse bâtie par Omar Daf détient également le record de la plus longue distance parcourue sur un match (14km contre l’AJ Auxerre, J1). Des chiffres tout simplement impressionnants pour ce joueur de 23 ans au parcours atypique. Sur toutes les lèvres au Stade Bonal, Gaétan Weissbeck va-t-il porter Sochaux jusqu’à la montée en Ligue 1 Uber Eats ?